En pratique

Classer ses documents personnels

En cette période de confinement et de ménage de printemps, si vous preniez enfin le temps de trier vos papiers personnels. Malgré tous vos efforts, des papiers s’accumulent depuis des mois, voire des années, partout dans la maison : d’anciennes factures et pièces justificatives encombrent vos tiroirs, tandis que des piles de dossiers volumineux, des « documents divers » ou des dossiers « à trier » s’empilent sur votre bureau, dans vos placards…

Pour ceux d’entre vous qui ont tendance à ne rien jeter, sachez que vous n’avez réellement besoin que de 20 % des papiers que vous classez et conservez : au final vous ne consulterez et manipulerez plus jamais les 80 % restants. Avec une meilleure connaissance des documents et de leur durée de conservation, il devient alors plus facile de les classer !

Les archives de Nantes conseillent et accompagnent les directions de la Ville Nantes et de la Métropole et de ses communes, dans la gestion et l’archivage de leurs documents papiers et numériques. L’équipe des archives veille également sur quelques 13 kilomètres linéaires d’archives datant du 14ème siècle à nos jours.

Les archivistes nantais proposent de mettre leurs connaissances et savoir-faire à votre service : en vous indiquant les délais de conservation pour chaque type de document, l’objectif est de vous permettre d’y voir plus clair dans vos archives personnelles et de conserver les papiers importants pour l’avenir…

Alors, corbeille ou dossier d’archivage ? Pour savoir quel sort réserver à vos papiers et combien de temps les conserver, suivez le guide…

Que faire ensuite de tous ces papiers inutiles, comportant pour la plupart des informations personnelles et confidentielles ?

Les jeter dans le sac ou la poubelle jaune, n’est assurément pas la solution car elle vous expose au risque d’usurpation d’identité et de fraude. Si vous disposez d’une cheminée, vous avez sûrement déjà eu l’idée de brûler ces documents confidentiels, mais dès lors que l’on veut éliminer une grande quantité, cela devient rapidement ingérable. Et disons qu’en cette période printanière, ce n’est plus vraiment d’actualité !

 

Mais alors, comment éliminer ces documents en toute sécurité et les recycler ? Lydie, notre collègue de salle de lecture, s’est penchée sur la question et vous propose sa recette :

1) Si vous n’avez pas de broyeur destructeur, réduisez ces papiers en confettis
2) Laissez ensuite macérer le tout dans un grand saladier avec de l’eau, pendant au moins 24 heures.
3) Après 24 heures, faites de petites boulettes que prendrez soin de bien presser et placer dans des moules en silicone
4) Laisser ensuite sécher au soleil ou sur un radiateur. Démouler et vérifier que la boulette est bien sèche. C’est prêt !

Vous pouvez alors utiliser ces boulettes, imbibées d’huile (huile pour lampe à pétrole) ou comme allume-feu pour le barbecue ou la cheminée.

En pratique

Classer ses photographies numériques

Et si vous preniez le temps de classer vos photos numériques !

Après le rangement des papiers personnels, les Archives de Nantes vous proposent de vous aider à classer vos photographies numériques : pas si facile, car au fil des années, vous cumulez de plus en plus de photos ! Elles ont tendance à rester bien au chaud sur vos téléphones et/ou vos ordinateurs et il est parfois difficile de naviguer au sein de tous ces souvenirs…

Le risque est de ne plus les regarder et de moins en moins en profiter ! Voici donc nos astuces pour bien classer et préserver vos photographies numériques.

Et pour profiter de vos photos au quotidien, rien de tel que le papier et autres supports physiques : tirages photographiques classiques, tableaux, livres photographies, ect. Ces supports ont le mérite de vous obliger à sélectionner vos plus beaux clichés, pour mieux les pérenniser.

Aux Archives de Nantes, on joue sur tous les tableaux puisque l’on conserve aussi bien des plaques de verre, en passant par des photos argentiques et également des photographies numériques. Notre secret pour conserver nos riches fonds iconographiques ad vitam aeternam ? Dupliquer et jouer avec les différents formats et supports !

 

Pour aller plus loin…

  • Un logiciel pour renommer ses photographies numériques (et autres fichiers) : ReNamer, logiciel gratuit que vous pouvez télécharger ICI

 

Des liens vers le site des Archives de Nantes…

En pratique

Se plonger dans sa généalogie

C’est un travail de longue haleine, ou un loisir inépuisable – selon la façon dont on l’envisage. La recherche généalogique passionne en tout cas un nombre grandissant de Français. Selon la Fédération française de généalogie, ils sont environ cinq millions à la pratiquer, et près de sept Français sur dix auraient déjà effectué des recherches sur leur nom ou leurs origines. L’avènement du numérique a, il est vrai, considérablement simplifié les règles du jeu.

Les Archives de Nantes sont pleinement inscrites dans le mouvement, en mettant à disposition quantité de ressources via son site internet. « Nous sommes une des seules villes en France à avoir mis en ligne la totalité de l’état-civil selon les critères réglementaires : les actes de naissance jusqu’en 1918, les décès jusqu’en 1993, les mariages jusqu’en 1943… », explique Véronique Guitton, directrice du service.

Hormis ces registres, qui forment la base de toute recherche puisqu’ils permettent de remonter le fil des générations, les Archives de Nantes mettent à disposition d’autres sources à ne pas négliger. « C’est le cas des listes électorales, qui peuvent être très pratiques pour retrouver des ancêtres, des recensements de population lorsque l’on connaît le lieu de résidence des personnes, ou encore les registres d’inhumation », poursuit la responsable. Certaines ressources numérisées sont plus inattendues, à l’image des fiches familiales des réfugiés de la Première Guerre mondiale : « On y retrouve beaucoup de personnes originaires du Nord et de Belgique, et qui pour certaines ont fait souche à Nantes, comme Aimé Delrue ou la famille Mouglalis.»